Union Française pour la Santé du Pied/ Grand public/ Les conseils du podologue

Les conseils du podologue

Quelques vérités à propos des talons

Quelle est la hauteur la plus adaptée pour porter des chaussures à talon quotidiennement ?

Il est recommandé d’utiliser des chaussures avec un talon de 3 à 4 cm pour une femme et 1 à 2 cm pour un homme. Ces hauteurs permettent une bonne répartition du poids (entre avant et arrière pieds) et de faciliter le déroulé du pas (au niveau de la charnière métatarsienne). 

Les hauts talons mettent-ils en danger la santé des pieds ?

                                     

Oui ! La première conséquence est de déséquilibrer le rapport de poids entre l’avant et l’arrière du pied en surchargeant l’avant dont les os de plus petite taille ne sont pas faits pour supporter autant que le talon. L’avant pied doit alors s’étaler pour augmenter la surface d’appui et mieux distribuer les forces or les chaussures à talons haut ont souvent une partie antérieure serrée : c’est un paradoxe : le pied ne peut plus s’adapter et subit des contraintes trop élevées.

Il faut noter que la forme de la partie avant va avoir une autre conséquence si elle est triangulaire par exemple (comme pour des escarpins) en déformant le pied à terme : forme triangulaire, griffes d’orteils…

Quels sont les avantages et les inconvénients des chaussures à talons ?

Les avantages d’un talon physiologique sont mécaniques : équilibre dans la répartition des charges, déroulé du pas… Un talon agit sur la tension du tendon d’Achille mais bien au-delà : antéversion du bassin (en avant), lordose lombaire (creux du bas du dos). Un bon talon agira donc efficacement aussi sur la posture du dos. Les bénéfices peuvent aussi être circulatoires : la circulation veineuse au niveau des mollets se fait plus efficacement notamment chez les femmes avec un petit talon.

Alors quels avantages les femmes trouvent elles aux très hauts talons ? La raison est essentiellement esthétique et …socio culturelle. Comme vu précédemment le talon agit au-delà du pied, le très haut talon va « grandir » celle qui le porte mais aussi mettre en avant ses attributs :Galbe de la jambe, fesses en arrières, cambrure prononcée et seins en avant.

Mais les inconvénients sont nombreux : surcharge de l’avant du pied responsable de douleurs, déformations (hallux valgus, avant pied triangulaire, griffes d’orteil), hyperkératose (corne) sur les points d’appuis et les déformations, atrophie du capiton plantaire (graisse amortissante sous le pied), rétractation des tendons d’Achilles, douleur de dos, chaussage instable le plus souvent, placement avancé du centre de gravité modifiant l’ensemble de la posture…

Quels sont les risques encourus si on porte des talons hauts tous les jours ?

Porter des hauts talons occasionnellement est sans grand risque encore faut-il savoir marcher avec…Par contre les utiliser quotidiennement expose à toutes les conséquences exposées ci-dessus : douleur, déformations, rétraction du tendon d’Achille, lombalgies, atrophie du capiton. L’utilisation pour de longues périodes de piétinement ou de marche doit être proscrite. Il faut distinguer le chaussage quotidien, de travail ou à la maison qui doit privilégier le confort et le chaussage pour sortir, de cérémonie ou se faire plaisir de temps en temps.

Quelles sont les conséquences à court et à long terme ?

Les douleurs sont souvent les premières conséquences, les déformations arriveront à long terme.

Faut-il porter des talons aiguilles ou des talons compensés

La différence entre ces talons réside dans la stabilité qu’ils apportent : le talon aiguille est instable car sa base est fine, il faut savoir marcher avec. Il peut être source d’entorses et douleurs musculaires…Il suffit de voir les actrices ou mannequins qui trébuchent…

Le talon compensé va apporter une meilleur stabilité sa base est large et longue, il est donc à privilégier. 

Les talons secs et fendillés

Les crevasses aux talons sont des fissures plus ou moins profondes de la peau dues aux traumatismes subis au quotidien : chaussures inadaptées, surpoids, sécheresse cutanée. Lorsque l’on marche, la peau du talon est soumise à la pression de chaque pas. Pour se protéger, elle produit de la kératine et la couche cornée s’épaissit. Si elle n’est pas suffisamment hydratée, la peau moins souple se fendille sous l’effet des chocs.

« La crevasse apparaît toujours sur une peau déshydratée. Les crevasses sont dues à la combinaison de pieds secs et au port de chaussures sans contrefort, qui ne maintiennent pas le pied et créent une pression supplémentaire. » La peau se craquelle et sera parfois douloureuse « si les fissures sont trop profondes ou s’il y a surinfection ».

Il faut faire examiner les chaussures  et établir un bilan par le podologue. Celui-ci donnera des conseils, mettra en place les soins nécessaires et prescrira les produits afin  de traiter de manière préventive et curative les problèmes liés à la sécheresse de l'épiderme du pied.

 

Consultez votre podologue en cas de douleur 
ou de toute autre anomalie.

 

Choisir un bon chaussant par JB Rodde

JB RODDE, partenaire de l'UFSP

Chaque individu parcourt au long de sa vie environ 2.5 fois le tour de la terre. Nos pieds sont donc mis à rude épreuve au quotidien. Le choix de la chaussure a une incidence sur le corps car celle-ci protège le pied et l’équilibre du corps. Il est donc indispensable de choisir un bon chaussant pour éviter les maux de pieds divers et variés.

Que vous cherchiez le confort ou un soulagement pour vos pieds sensibles, voici les critères donnés par JB Rodde, à respecter dans le choix de vos chaussures :

  • Privilégiez le conseil et le service apporté par le chausseur qui prendra le temps d’examiner vos pieds et ses particularités.

  • Il est conseillé d’acheter ses chaussures en fin de journée lorsque les pieds sont gonflés. Lors de l’achat, mesurez vos 2 pieds car les pieds sont asymétriques, comme le corps, et il faut se baser sur le pied le plus long. Privilégiez les chaussures qui proposent des demi-pointures afin d’être chaussé au millimètre près.

  • Respectez la largeur de vos pieds dans le choix de vos chaussures de confort car chaque individu a des pieds de morphologie différente. Ne comprimez pas vos pieds dans une chaussure trop étroite. Celle-ci se déformera et des maux de pieds apparaîtront. Le maintien de la chaussure se fera au niveau du cou de pied avec un laçage, bande auto-agrippante et un contrefort renforcé à l’arrière.

  • Privilégiez des cuirs souples et robustes qui donneront une sensation de douceur à vos pieds sensibles (veau, nappa d'agneau, élan...). Des chaussures en cuir ou en fibres naturelles absorbent mieux l’humidité et gardent le pied au sec et sans odeur.

  • Prenez une semelle antidérapante assez flexible pour que le déroulement du pas se fasse naturellement. Attention aux talons trop hauts >3.5 cm qui empêchent ce bon déroulement.  Trop de poids sur l’avant du pied entraînera des cors, hallux valgus…La semelle compensée sera idéale dans le cas d’un déséquilibre postérieur.

  • Pour des doigts de pieds douloureux qui souffrent de cors, durillons, d’orteils en griffe ou en marteaux…, choisissez un modèle avec une hauteur d’empeigne : hauteur au niveau des orteils qui évitera tout frottement dans la chaussure.

  • Si vous portez une semelle de correction faite par votre podologue, prenez un modèle de chaussures dont la semelle intérieure est amovible afin que l‘espace du pied soit respecté et qu’il ne sorte pas de la chaussure. Une bonne semelle de marche doit être amortissante afin d’absorber les chocs liés à la marche.

  • Si vous souffrez de diabète, vous devez choisir une chaussure sans coutures apparentes afin de ne pas vous blesser vos pieds sensibles.

  • Ce n'est pas votre pied qui doit s'adapter à votre chaussure mais votre chaussure qui doit s'ajuster à votre pied!

Retrouvez les modèles de JB Rodde sur le site internet : www.jbrodde.fr

Courir en hiver


LE FROID

• Les gants, les bonnets et les lunettes
La tenue vestimentaire hivernale du coureur semble relever de l’évidence mais elle n’est pas toujours respectée, ce qui entraîne bien des désagréments. D’autant qu’il faut s’adapter à des conditions qui peuvent être différentes. Parmi les « trucs » de coureurs, on note la modulation des « couches » utilisées, combinant le tee-shirt manche courte en dessous, puis au dessus un tee-shirt manche longue sur lequel on peut rajouter des « manchettes » s’il fait très froid. Il faut en priorité protéger ses mains avec les gants mais pas n’importe lesquels. S’ils sont là pour ne pas avoir froid, il ne faut pas avoir trop chaud non plus, pour ne pas transpirer alors qu’il fait froid. Le bonnet sur la tête est essentiel car sans cela la déperdition de chaleur est considérable. Mais comme pour les gants, il ne faut pas non plus se sur-protéger et ne pas trop « mouiller » le bonnet… L’idéal est de posséder plusieurs types de bonnets de différentes épaisseurs, adaptés aux niveaux de température. La protection des yeux n’est pas à négliger, avec des lunettes adaptées pour éviter les conséquences néfastes de la neige et du froid sur la rétine.

• Les chaussettes
Utiliser des chaussettes de bonne qualité. Elles doivent être en fi bres qui gardent la chaleur mais qui permettent également de réguler la température (voir numéro 22 et notre article sur les chaussettes thermorégulantes).

• Les chaussures
Les chaussures si utilisées en nature doivent être adaptées au terrain. Cela paraît évident mais pas toujours respecté. Il faut privilégier des chaussures de type trail avec une semelle qui accroche sur terrains boueux et des chaussures très confortables lorsqu’il fait froid et que les sols sont durs.

• Soigner votre peau
Au niveau de la peau, dans des cas de grands froids, il existe des pommades chauffantes qui permettront une pratique en tout confort. Il faut de toute manière toujours utiliser des crèmes anti-échauffements qui ont une valeur nutritive. Il faut aussi penser à « nourrir » les ongles car l’alimentation traditionnelle étant en grande partie utilisée par les organes vitaux, les parties éloignées sont souvent démunies. Des huiles essentielles en synergie peuvent être prescrites pour les ongles.

• Hydratation et alimentation
Le froid coupe souvent la sensation de soif et de faim. On oublie parfois de boire ou de s’alimenter, ce qui contribue à la déshydratation de l’organisme ou entraîne une hypoglycémie. Alors même qu’en plus de l’effort, nous avons besoin de consommer beaucoup plus de nourriture sous forme liquide pour lutter contre le froid ! L’alimentation sportive a fait de grands progrès et on trouve aisément des produits adaptés au froid avec des gels plus liquides et des boissons plus riches et énergétiques.

LA PLUIE

Dnas les conditions de pluie, il faut rechercher des chaussettes qui sèchent vite ou qui permettent une bonne évacuation de l’eau. Il faut aussi graisser les pieds afin de les protéger de l’eau qui fragilise la peau. Les chaussures qui accrochent sur les surfaces glissantes et en matériau de type « Gore-Tex » sont souvent privilégiées afin d’évacuer l’eau au mieux sans la laisser rentrer. Il faut également penser à se masser avant la course à pied pour augmenter la température de la peau, des tendons et des muscles.

Prendre soin de ses pieds

Parmi les bonnes résolutions à prendre : avoir "bon pied" est une nécessité quotidienne et nous devons prendre certaines précautions pour bien les entretenir et éviter d'avoir mal aux pieds !

Toilette des pieds

Pied sous l'eau

Elle doit être quotidienne et faite dans une eau tiède : 35° étant la température idéale.
Il faut utiliser un gant et du savon, bien passer entre les orteils. Se rincer les pieds sous la douche puis bien les sécher et passer une serviette entre les orteils. Enfin, masser les avec une crème hydratante.

Bien regarder ses pieds

En cas de transpiration, vous pouvez trouver des lésions entre les orteils.
Utiliser des chaussettes en coton et les changer tous les jours.
Un excès de "corne" peut provoquer cors, durillons et crevasses.
Il faut faire attention à ses ongles, bien les couper et arrondir les bords afin d'éviter l'ongle incarné.

Actions à éviter

Ne pas les laisser tremper plus de 5 minutes, la peau se ramollit et il y a des risques de plaies.
Ne pas garder des pieds humides pour éviter tout risque de macération et de mycoses.
Ne pas couper les coins des ongles.

Pieds fatigués : pourquoi ?

L'origine de la fatigue des pieds est souvent d'origine musculaire :
- une mauvaise position dans la chaussure provoque une surcharge musculaire,
- les troubles veineux font gonfler les pieds,
- la surcharge pondérale, le port de chaussures trop étroites, des talons trop hauts....favorisent la fatigue.

Si malgré ces conseils, vous n'arrivez pas à entretenir vos pieds et que vous avez mal au pied consulter votre podologue.

Ayez le réflexe "J'ai mal aux pieds : je consulte un podologue".

Chaussures d'été : comment faire rimer mode et santé des pieds ?

Retrouvez l'interview du magazine Notre Temps sur les chaussures d'été : comment faire rimer mode et santé des pieds ?

http://www.notretemps.com/sante/chaussures-d-ete-comment-faire-rimer-mode-et-sante,i59394

Pieds dans fleurs

Lutter contre la transpiration

                                 

Pieds dans les fleurs

 

 

Neuf conseils du podologue pour

lutter contre la transpiration

 

 

 

Offrez régulièrement à vos pieds une "douche écossaise" alternant eau chaude et eau froide pour stimuler la vaso-constriction.

Utilisez une crème anti-transpirante et un déodorant dans les chaussures pour normaliser la transpiration excessive des pieds.

Servez-vous de la pierre d'alun : composée d'acide sulfurique, d'alumine et de potasse, elle reste le déodorant le plus efficace.

Vous pouvez également vous servir de poudre à verser 5 jours consécutifs dans chaque chaussette ou chaque chaussure pour un effet de longue durée (4 à 6 mois).

Pour vos chaussettes, évitez les matières synthètiques et optez pour du coton qui absorbe mieux l'humidité et permet une meilleure aération.

Lorsque cela est possible, adoptez des chaussures ouvertes de type sandale, mule, tong ou des chaussures pourvues de petites aérations.

Ne portez jamais la même paire de chaussures deux jours de suite ni plus de deux fois par semaine.

Glissez dans vos chaussures des semelles anti-mycoses contenant du charbon actif qui détruit les mauvaises odeurs et les bactéries. Laissez sécher 48 heures avant de les remettre dans les chaussures après une journée de port.

Portez des chaussures en cuir et évitez des chaussures en synthétique.

N'hésitez pas à demander conseil à votre podologue !

"J'ai mal aux pieds : je consulte un podologue".

La préparation des pieds du sportif

Une activité de marche sportive en montagne est une activité spécifique. Elle se prépare car le pied va subir des frictions, des agressions inhabituelles entrainant échauffements plantaires, hématomes, sensations de brûlures, ampoules, engelures, crevasses, fissures.... La peau est un vêtement souple, élastique, qui s'entretient, qui se prépare et qui se répare. 

course pied

Une bonne prévention passe par du bon matériel :

De bonnes chaussures : plusieurs paires sont parfois nécessaires. Il faut veiller à adapter la bonne pointure. Attention au pied droit et gauche qui n'ont pas systématiquement la même pointure.

De bonnes chaussettes.

Une bonne préparation de la peau et des ongles : la peau va être vérifiée au moins une semaine avant le raid selon le niveau de marche demandée et massée avec des crèmes spéciales anti-frottement anti-transpirante. Les ongles seront coupés au carré 1 mm en avant de la pulpe de l'orteil. Si les ongles sont douloureux, il est recommandé de faire des soins chez un podologue avant le départ. En effet, les ongles vont subir des contraintes qui peuvent faire apparaître des hématomes rendant la marche impossible à cause du liquide collectionné sous la plaquette de l'ongle. Les espaces interdigitaux seront vérifiés (fissures).

Le matin du départ : séchage des pieds impeccable.

Les produits d'entretien de la peau doivent être emportés sur la course pour être appliqués régulièrement.  En effet, il est possible d'en passer plusieurs fois dans la journée en cas d'échauffement ou d'ampoules en début de formation. Lors des passages en tout terrain (passage rivière), une ampoule peut survenir si le pied n'est pas suffisamment préparé par ces produits spécifiques. 

La sollicitation du tout-terrain pour le pied est la meilleure garantie d'un bon équilibre en montagne si les trois composants chaussage, entretien et prévention sont respectés.

"J'ai mal aux pieds : je consulte un podologue"
Demandez conseil à votre podologue !

Mesurer les pieds des enfants

La mesure :

Elle se prend à l'aide d'un pédimètre à étalonnage universel.Podomètre

La pointure indiquée par ce pédimètre correspond à la longueur du pied en millimètres divisée par 6,66 (unité de base de la mesure de la pointure) à laquelle on ajoute 2 points (marge de croissance). Ces 2 points sont donc pris en compte dans l'étalonnage indiqué par le pédimètre.

1) Mesurer les deux pieds, l'enfant debout, le poids du corps réparti harmonieusement sur les deux jambes.

2) Vérifier que le talon est en butée sur l'arrière du pédimètre.

3) Appuyer sur les orteils pour lire la longueur exacte.

4) Faire coulisser l'équerre mobile contre l'orteil le plus long.

L'extrémité de l'orteil du pied le plus long est la référence.

5) Lire la pointure indiquée sur l'échelle de graduation. Exemple : une mesure prise en 27 doit être chaussée en 27. et 27 1/4 en 28. Les parents sont parfois tentés de choisir une pointure plus grande pour conserver le soulier plus longtemps. Il faut être prudent car une pointure plus grande est contraire à un bon maintien latéral du pied. Pour une mesure donnée, le fabricant a prévu une marge de croissance. Cette marge de croissance coïncide plus ou moins, selon le fabricant, avec la marge des 2 points supplémentaires prise au pédimètre. Un éloignement trop important des orteils de la pointe du bout de la chaussure peut faire chuter l'enfant car celui-ci n'a pas la perception du choc.

6) Le système de fermeture doit permettre de bloquer le talon dans l'emboîtage de la chaussure et éviter que le pied glisse vers l'avant. Si la chaussure n'offre pas cette possibilité, on doit changer de modèle.

Les mauvaises habitudes :

Mettre un doigt entre le contrefort et le pied n'est pas un geste correct pour vérifier la pointure. L'ossification du pied de l'enfant se termine plus ou moins avant 6 ans. Avant cet âge, il n'a pas de sensibilité d'orteil. Cette pratique a pour effet de faire plier les orteils contre le bout.

Acheter une semelle à l'intérieur en prévision d'un usage prolongé modifie la qualité du chaussant prévu par le fabricant.

Si la méthode de mesure est respectée, il est inutile d'appuyer sur le bout de la chaussure avec le risque de faire mal au pied de l'enfant.

 

 

Bibliographie : "Chausser l'enfant" de Jean-Jacques Ficat et Alain Madec - Juillet 2006

 

10 conseils de votre podologue

Les bonnes habitudes à adopter au quotidien 

Hydratez vos pieds tous les jours avec une crème prescrite par votre podologue

Coupez vos ongles au carré sans aller dans les coins

Faites traiter vos callosités et autres cors par votre podologue, n'essayez pas de les traiter seul mêm avec un corricide

Si vous utilisez une pierre ponce ou une râpe douce, ne le faites pas plus d'une fois par semaine

Préférez de l'eau tiède pour le lavage de vos pieds et pensez à bien sécher entre les orteils

Evitez le port de chaussures à talon de plus de 4,5 cm ainsi que les bouts pointus qui compriment les orteils

Préférez la fin de journée pour acheter des chaussurse, elles seront ainsi plus adaptées à l'anatomie de vos pieds

Pour vos enfants, choisissez des chaussures sans voûte plantaire

Choisissez des chaussettes en fibre naturelle (fil d'écosse ou coton)

Faites réaliser un bilan podologique complet
une fois par an par votre podologue

Ayez le réflexe : "J'ai mal aux pieds : je consulte un podologue".

Les premiers pas

Dans ce domaine l’offre est très souvent valorisée pour des fonctions qui ne prennent pas toujours en compte les besoins réels de l’enfant.

Pied de bébé

Les conditions d’apprentissage de la marche
Pieds nus, les touts petits adhèrent naturellement au contact d’un sol lisse type parquet, lino ou carrelage. Par son humidité le pied fait ventouse avec le sol. Dans ces conditions l’enfant ne glisse pas et trouve plus facilement l’équilibre indispensable pour se tenir debout. Il stimule les récepteurs sensitifs de la plante du pied qui permettront une meilleure reconnaissance du sol et de ses aspérités. Le sol doit être protégé pour éviter de blesser les pieds (une écharde sur un plancher par exemple).

A l’intérieur
Les chaussons souples bien proportionnés au volume du pied, qui ne le compriment pas, ou des chaussettes antidérapantes munies de pastilles en gomme peuvent être portés en alternance en dehors des séances de marche, dans les crèches, divers lieux publics etc.

A l’extérieur
L’idée que la chaussure va aider un bébé à se tenir debout plus rapidement est fausse. Pour le bébé la chaussure est un corps étranger, un carcan qu’il rejette assez naturellement. Il existe des chaussons vendus sous l'appellation « chaussures pré-marche ou de parc » renforcés au talon et au bout, munis d'une semelle gomme et d’une tige souple. Ces chaussons renforcés sont destinés à l’apprentissage de la marche à l’extérieur sur un sol non protégé. Ils isolent le pied du froid et le protègent des chocs. Il faut éviter les pieds nus sur les pelouses qui peuvent cacher des aspérités dangereuses.

Les caractéristiques idéales d’un chausson d’extérieur :
- Une tige en cuir souple molletonnée sous la languette et en haut des quartiers pour éviter les frottements et atténuer la pression sur le cou-de-pied.
- Un contrefort souple ou une semelle qui recouvre les quartiers pour maintenir confortablement le pied dans l’emboîtage.
- Un bout-dur assez rigide ou une semelle qui recouvre la face distale des orteils pour les protéger des chocs.
Une coupe derby montante dont les quartiers sont assemblés en bas de l’empeigne pour offrir une grande ouverture. Des perforations ou découpes dans la tige au niveau de l’empeigne sur les côtés pour aérer le pied l’été. Dans tous les cas la tige doit recouvrir l’arrière et l’avant du pied.
- Un relevage au bout pour éviter des plis gênants sur l’empeigne.
Un système de serrage à lacet ou velcro : après l’introduction du pied dans la chaussure, veiller à ce que le talon du pied soit bien calé dans l’emboitage avant de fermer le velcro ou le lacet.
- Une semelle antidérapante souple.

La chaussure
Quand l’enfant aura acquis les différentes étapes de la marche, à trois ans environ, le port de la chaussure deviendra indispensable.

Pour toute question, n'hésitez pas à consulter un podologue.

Bibliographie : "Chausser l'enfant" de Jean-Jacques Ficat et Alain Madec - Juillet 2006

Conseil de chaussage des jeunes enfants

Qu’est ce qu’une chaussure enfant de qualité doit comporter ?

Le pied de l’enfant est souvent mis à rude épreuve du fait des sols inégaux et instables, mais aussi des conditions climatiques variées. Dehors, le pied a besoin d’être chaussé d’un soulier structuré pour éviter les déformations et les traumatismes ...

Pied de l'enfant

Chez l’enfant, le chaussant revêt une importance plus grande encore que chez l’adulte car le pied est en croissance et un mauvais choix peut avoir des conséquences néfastes définitives qu’il conviendra de prévenir. La chaussure ne doit pas être choisie seulement sous l’influence d’une campagne publicitaire (dans certains cas, d’un matraquage marketing), mais plutôt sur la conception de la tige et du chaussant. Les points essentiels concernent le contrefort et la cambrure qui résistent à un effort de torsion.

Un contrefort qui recouvre le talon et accompagne le pied en cambrure. C’est le contrefort qui forme le moule de l’emboitage.

Un bout dur ferme ou une semelle au bout incurvé, ou bien la combinaison des deux pour protéger les orteils.

Une assise de talon incurvée.

Des flancs d’emboîtage légèrement bombés.

Des décolletés à empeigne haute qui recouvre les articulations avec une barrette sur le cou-de-pied.

Un modèle Derby pour les pointures en dessous du 28 pour faciliter l’introduction des pieds des plus petits dans la chaussure.

Un volume en épaisseur au bout de la chaussure qui permette aux orteils de se relever librement.

Un renfort en cambrure du talon jusqu’à 1 cm en arrière de la ligne des flancs, qui assure la rigidité nécessaire en cambrure.

Une cambrure qui résiste à un effort de torsion exercée par une main en prise avec la semelle, et l’autre avec l’arrière de la chaussure (talon et emboîtage).

Une lanière renforcée qui ne se distendra pas à l’usage et assurera un serrage efficace du cou-de-pied.

Un serrage du fil équilibré pour éviter des frottements.

Des talons recouverts pour les sandales des plus petits.

Des quartiers hauts qui recouvrent les malléoles pour les pointures en dessous du 26.

Une bande molletonnée en haut des quartiers qui évite des frottements intempestifs contre le bas de la cheville des modèles montants.

Une mousse épaisse placée en haut de la languette qui bloque la languette sous la pression du serrage du cou-de-pied.

Une surface d’appui de l’avant pied sans mousse synthétique posée entre la première de propreté et la première de montage pour éviter de créer un climat de forte chaleur à l’intérieur de la chaussure. La chaleur ramollit la matière thermoformée qui structure la chaussure et qui à l’usage n’offrira plus de maintien. Le pied doit être confiné dans un endroit sec.

Des semelles à lisse collante pour les plus petits afin d’éviter les chutes.

Des emplacements d'assemblage, des piqûres de peausserie et fantaisies diverses (rivets etc.) placés hors zone sensible et de fragilisation (les articulations, têtes métatarsiennes et la malléole du péroné).

«Chausser l’enfant» par Jean-Jacques Ficat et Alain Madec (Edition 2006). © Alain Madec

Les orthèses plantaires

Le rôle des orthèses plantaires : prévenir ou corriger les troubles de la statique et de l’équilibre

Pour prévenir ou corriger les troubles de la statique et de l’équilibre, les orthèses plantaires permettent de repositionner le pied dans sa position optimale, avec toutes les conséquences positives sur les chaînes musculaires et l’harmonie du squelette. Le traitement peut également être ciblé sur le genou, la hanche ou le dos.

Maladies, déformations du pied et troubles de la statique

Le pied est le moyen de transport n°1 au monde .... C’est un organe complexe, fragile et solide à la fois, une mécanique d’horlogerie qui subit des contraintes violentes. Ainsi, la marche multiplie l’impact du poids du corps par 1,5 à 2 fois et la course multiplie cet impact par 3 à 6 fois et le saut par 7 à 13 fois !
Mais, chaque pied est unique avec des formes et des volumes spécifiques.
Pieds plats (perte de la cambrure), pieds creux (accentuation de la cambrure), déformation vers l’extérieur ou à l’intérieur du talon, hallux valgus ou oignon (déformation du gros orteil), orteils en griffe, épines du talon, sont ainsi des pathologies courantes faisant partie de la longue liste des affections du pied. On peut aussi se trouver en présence d’une “fracture de fatigue” (fissure incomplète de l’os), d’une instabilité de la cheville, de douleurs de l’avant-pied (métatarsalgies) ou d’affections bien connues des sportifs comme par exemple les tendinopathies. Les pieds sont aussi plus sensibles à l’inflammation que d’autres parties du corps. D’autres états douloureux peuvent découler d’un névrome qui est la maladie d’un nerf du pied. Toutes ces pathologies ont une influence négative sur l’appareil locomoteur.
Les pieds étant à la base de l’équilibre, de nombreux troubles de la statique peuvent aussi avoir pour origine une instabilité du pied ou la provoquer.

Quand faut-il consulter un podologue ?

Si vous ressentez une douleur au niveau des pieds, des chevilles, des genoux, des hanches ou du dos, c’est peut-être parce que votre mécanisme articulaire ou musculaire fonctionne mal. Il faut alors impérativement faire surveiller vos appuis par un podologue. Celui-ci, après un examen clinique, posera un diagnostic et réalisera une analyse de la mécanique de vos pieds et du membre inférieur.

Que peut faire le podologue ?

Celui-ci concevra et fabriquera une paire d’orthèses plantaires sur mesure, capables de rendre à vos pieds un fonctionnement harmonieux. Elles répartiront les appuis, guideront le pied en permettant aux muscles et aux tendons d’être plus efficaces.
Pour prévenir ou corriger les troubles de la statique et de l’équilibre, les orthèses plantaires permettent de repositionner le pied dans sa position optimale, avec toutes les conséquences positives sur les chaînes musculaires et l’harmonie du squelette. Le traitement peut également être ciblé sur le genou, la hanche ou le dos.
Ces orthèses peuvent être “classiques” (comme les orthèses pour affections épidermiques), thermoformées (matériaux de densité différente moulés) ou proprioceptives (agissant sur les chaînes musculaires). Les techniques de fabrication les plus modernes sont mises au service des patients pour leur livrer des orthèses fines, confortables et efficaces.

Le podologue vous donnera également des conseils précieux concernant votre mode de chaussage.

 

 

Des conseils pour vos ongles

Coupez régulièrement vos ongles en respectant leur forme physiologique.

Brossez vos ongles et les sillons pendan le bain.

Traitez la transpiration qui fragilise l'ongle lui-même et son environnement.

Portez des chaussures adaptées à la forme du pied et à l'activité sportive pratiquée pour éviter les chocs répétés sur l'ongle (comme un hématome sous-unguéal). Portez une attention particulière à la pointure chez l'enfant.

Si vous avez des ongles secs et cassants, appliquez des produits hydratants ou une préparation prescrite par votre podologue.

Si vous avez des ongles fragiles, appliquez des durcisseurs (vernis thérapeutique).

Privilégiez les chaussures confortables, aérées ou en cuir, aux baskets et autres chaussures synthétiques et trop fermées.

Pour prévenir les mycoses, évitez tout traumatisme (comme le port de chaussures trop courtes). Evitez également de marcher pieds-nus dans les endroits chauds et humides (vestiaires, piscines, saunas, douches collectives).

Séchez soigneusement vos pieds entre les orteils : les zones humides favorisent le développement des mycoses.

En cas de mycoses, lavez séparément bas et chaussettes.

Consultez votre podologue en cas de douleur
ou de toute autre anomalie.

Les différentes crèmes pour les pieds

Il est conseillé de mettre de la crème sur les pieds au minimum une fois par jour. Préférez la crème au lait et choisissez une crème ne laissant pas de fil lipidique sur la peau après 10 minutes maximum. Evitez de crémer entre les orteils pour éviter la macération et le développement microbien.

Pieds nus

Crème hydratante :

Quelque que soit la marque, il faut en mettre chaque jour au moins une fois, plutôt le soir afin qu'elle pénètre bien et ne nourrisse pas vos chaussettes ! choisir une crème dite "pieds secs".

Crème exfoliante : 

A utiliser 1 à 2 fois par semaine en complément de la crème hydratante si vous avez tendance à avoir une peau qui épaissit, à mettre uniquement sous les talons et sous les têtes métatarsiennes. Vous pouvez également utiliser des crèmes d'urée qui assoupliront et décaperont en douceur les callosités.

Crème pour les talons :

A utiliser en cure d'environ 10 jours si le talon est très sec puis en alternance avec la crème hydratante classique. S'il existe des crevasses, elle ne sera peut-être pas assez efficace et dans ce cas utilisez une crème à base de vitamine A (que vous trouverez en pharmacie) 2 fois par jour jusqu'à cicatrisation.

Crème anti-transpirante :

Elle sera efficace si la transpiration est minime. A appliquer sur une peau bien propre deux fois par jour.

Crème anti-frottement :

Elle peut s'utiliser pour éviter les "cloques" avant une randonnée ou une course pendant au moins 3 semaines avant l'effort et surtout éviter de l'appliquer le matin même. Elle peut servir aux sportifs en préparation du tannage de la peau. Elle doit être complétée par une crème hydratante une fois par jour.

Crème fraîcheur :

A utiliser l'été sur le pied et la jambe en massage des orteils vers le mollet. Privilégier le camphre, la menthe poivrée ou le thym. Elle sera peu hydratante, il faut donc poursuivre l'hydratation au moins une fois par jour.

Demandez conseil à votre podologue !

Chaussures de randonnée

Pour choisir vos chaussures et éviter d'avoir mal au pied en faisant du sport, il faut d'abord définir votre activité : elles seront différentes selon si vous êtes au froid, en plaine, en montagne, chargé ou non, etc..

Randonnée

Si vous êtes débutant, choisir plutôt des chaussures peu montantes, qui arrivent sous les malléoles avec une semelle semi-rigide, une matière respirante et des crampons larges et peu profonds, cela s'adaptera à la majorité des parcours.

Pied marcheur

Si le terrain est plus mou (sable, neige, boue), favorisez des crampons profonds et une chaussure plus montante ainsi qu'une matière imperméable.

S'il s'agit d'un parcours sur plusieurs jours, en étant chargé, privilégiez des chaussures de trek plus hautes, plus rigides et mieux protégées, de préférence imperméables.

Pour la très haute montagne réservée aux expérimentés, choisissez des chaussures très rigides, très hautes, très imperméables et à ne pas utiliser sur de longues distances. Elles seront très lourdes.

 

 Comment essayer vos chaussures :

- plutôt en fin de journée, le pied étant légèrement gonflé.
- se mettre debout, bien lacer les deux chaussures et se mettre sur la demi-pointe des pieds : si vos orteils touchent le bout, vos chaussures sont trop petites.
- pieds à plat, bloqués vers l'avant : il faut pouvoir passer son doigt entre la chaussure et le derrière du talon.
- ne pas prendre systématiquement une pointure de plus ou deux, se référer aux conseils précédents car chaque fabricant à ses propres gabarits.
- essayer plusieurs paires. Si vous n'êtes pas à l'aise tout de suite, ne prenez pas ce modèle.
- vous devez pouvoir remuer les orteils sans vous sentir oppressé.

Demandez conseil à votre podologue !

Rentrée scolaire : guide de l'achat des chaussures

La rentrée scolaire est souvent une occasion privilégiée d'achat de nouvelles chaussures pour les enfants. Profitez de cette période pour faire examiner les pieds de vos enfants par un podologue ; il pourra vous dispenser de précieux conseils.

Avant tout, le podologue examinera les vieilles chaussures pour mettre en évidence toute usure anormale qui révèlerait un problème de position du pied ou de posture en général qu'il conviendrait de corriger. 

La chaussure idéale est difficile à trouver et il s'agit souvent d'un compromis, en particulier pour les adolescents influencés par la mode et les copains !

GUIDE DE L'ACHAT 

1. toujours mesurer les deux pieds, longueur et largeur
2. demander au vendeur s'il adapte les chaussures
3. une chaussure neuve doit être plus grande d'environ 12-16 mm que le plus long orteil
4. éviter les chaussures glissantes. Les chaussures doivent tenir aux pieds avec des lacets, des straps ou des bandes Velcro
5. la hauteur des talons ne doit pas excéder 4 cm et doit être inférieure pour les enfants (mais jamais complètement plats)
6. le talon doit avoir une base large et être fait de matériau qui absorbent les chocs
7. la partie où reposent les orteils doit être de la forme du pied et assez large pour permettre aux orteils de bouger librement et de ne pas être comprimés
8. les chaussures doivent s'adapter parfaitement au talon.

Méfiez vous des tongs !

Traditionnellement , l'été rime avec vacances et avec le soleil c'est l'occasion de revêtir des tenues légères, colorées mais également de donner un peu de liberté à nos chers pieds.

                              Tong plage

La TONG s'est imposée depuis le début des années 2000 et l'Union Française pour la Santé du Pied (UFSP) vous propose de trier le vrai du faux concernant les TONGS .

Ce qu'il faut retenir : 

Une récente étude Américaine révèle que 18 000 bactéries ainsi que des germes d'origine fécale se promènent librement sur les tongs. 

La tong, en se coinçant au niveau des pédales, est responsable de million d'accidents de voitures chaque année. Risque de verbalisation par la gendarmerie, ce type de chaussage au volant présentant des risques pour la sécurité.

L'absence totale de maintien du pied crée des entorses de la cheville surtout chez le jeune enfant et le sujet âgé.

La tong provoque des douleurs et des tendinites du pied en raison des tensions anormales et contractions musculaires de certains muscles  de la voûte plantaire et du tendon d'Achille.

Risque important de contraction des orteils en griffes et tendinites multiples de l'avant-pied.

La tong entraine également des douleurs du dos et lombalgie en raison de la finesse de la semelle.

Risque d'allergie de l'épiderme du pied en contact avec des matières synthétiques et plastiques.

Elle cause des blessures fréquentes  à cause de la bride du 1er espace interdigital entre le gros orteil et le deuxième orteil. 

Risque d'infection et de plaie à risque pour le sujet diabétique et/ou artéritique. 

La tong favorise la sécheresse cutanée du pied et les fissures au niveau des talons.

Elle ne respecte pas l'anatomie ni la physiologie du pied au cours de la marche. 

Privilégier une chaussure maintenant le pied en plusieurs endroits avec une bride  partant vers l'arrière du pied.

Les risques pour la santé du pied sont donc assez nombreux.

La tong ne permet pas le chaussage adapté, même pendant l'été et n'a d'utilité que si vos pieds sont jolis et  pour "aérer" le pied sur un parcours limité allant de la maison à la  voiture et  à la plage. Pas plus.

Pour toutes questions sur les pathologies du pied et afin de prendre bien soin d'eux, parlez en à votre podologue.

                                                                  Tong

 

Attention au port prolongé des crocs

L’été arrive avec son lot de chaussures toutes plus néfastes pour les pieds les unes que les autres.

chaussures crocs

Mais un sujet revient : les crocs et son utilisation bonne ou pas pour la santé ? telle est la question !!

Il faut rappeler que ces chaussures en plastiques ont une utilisation bien précise. En effet son côté pratique et lavable la rendent très utilisable à la mer ou dans le jardin !

Si cette chaussure reste utilisée dans ces types de moments de la journée et de l’année cela ne pose pas de soucis, les ennuis arrivent lorsque la durée de port devient trop importante. En effet il n’y pas de maintien du pied et l’arrière de la chaussure claque le talon.

Il faut savoir que pour toute chaussure sans emboitement postérieur (sans attache à l’arrière) cela provoque un grasping des orteils, c’est à dire une contraction des orteils pour tenir la chaussure. Ce mécanisme peut provoquer des douleurs musculaires, articulaires et entrainer des jambes lourdes et des douleurs au talon, par fatigabilité musculaire. Il faut donc être vigilent !!

Il est donc conseillé de ne pas porter de façon longue et régulière ce type de chaussures qui à la longue s’avère néfaste pour la santé de vos pieds !!

Si malgré ces conseils, vous n'arrivez pas à entretenir vos pieds, consulter votre podologue.