Bienvenue sur le NOUVEAU SITE de l'Ufsp, n’hésitez pas à nous contacter.

Le bilan podologique

Le BILAN PODOLOGIQUE est un examen qui doit déterminer si le patient qui consulte, souvent pour une douleur (du dos, du pied, de la hanche, du genou ou encore de la cheville), peut être soulagé de son problème par le port de semelles orthopédiques (classiques, thermoformées ou thermosoudées).

 

D’une durée de 30 à 45 minutes, il se décompose en plusieurs étapes :

1 – L’interrogatoire :

Il précise le motif de consultation (où, quand, comment, depuis quand, comment est décrite la douleur, cotation de cette dernière sur une échelle appelée EVA entre 1 et 10, ce qui a été déjà fait pour cette douleur…)

Il va également répertorier les activités (vie quotidienne et sportive), les antécédents médicaux, chirurgicaux et familiaux.

C’est dans cette étape que le Podologue va examiner les différents examens complémentaires qui auraient été déjà prescrits (radios, scanner, IRM…)

 

2- L’examen palpatoire :

Il est effectué en décharge et permet de localiser plus précisément la zone douloureuse et de mettre en évidence la ou les structures concernées.

Le Podologue va palper la peau et les téguments, mesurer et quotter les bonnes amplitudes des articulations, tester les muscles…

 

Grâce à ces 2 premiers bilans il va pouvoir faire ce que l’on appelle des diagnostics différentiels, et ainsi affiner son diagnostic et préciser la ou les structures les plus vraisemblablement responsables de la douleur.

 

3- L’examen statique :

Il se fait cette fois-ci en charge, grâce à un podoscope, un podobaroscope ou encore une plateforme baropodométrique (qui est reliée à un ordinateur).

Cela va permettre une analyse de la position debout sur les 2 pieds immobiles et de noter les instabilités dans le plan frontal (de face) et sagittal (de coté), ainsi qu’une analyse complète de la posture en statique.

Le Podologue va regarder la hauteur des épaules, des hanches, des plis sous fessiers et des genoux; rechercher une attitude scoliotique (réductible) ou une scoliose (irréductible), la présence de pieds valgus, de pieds varus, de genu valgum (rentre en dedans), de genu varum (part en dehors), de pieds plats ou encore de pieds creux.

 

4- L’examen dynamique :

Il a pour but d’analyser la marche et de noter si le patient présente plutôt une pronation (pieds en dedans), une supination (pieds en dehors) et un déroulé du pas physiologique (c’est-à-dire comprenant une phase taligrade d’attaque du talon au sol, puis une phase plantigrade de pose du pied à plat, pour enfin finir par une phase digitigrade sur les orteils).

 

5- L’analyse du chaussant :

Il consiste en l’étude et l’inspection de la chaussure (chaussure de ville, chaussure de travail comme les chaussures de sécurité et chaussure de sport), l’analyse de l’usure du talon, de la tige, du contrefort et des différentes déformations acquises lors de la marche chaussée ou de la pratique sportive.

 

6- La prise d’empreintes :

Elle est effectuée en vue de la confection des semelles orthopédiques sur mesure.

La prise des empreintes du pied se fait en taille réelle, en statique et en dynamique.